Le livre papier plus écolo que l’e-book

Alors que les fêtes de fin d’année approchent, les e-books se multiplient dans les rayons : Kindle, E-Reader, Bookeen, iLiad, etc. Ces géants se partagent pour l’instant ce marché, en attendant l’arrivée de la tablette apple qui pourrait à nouveau chambouler la donne, à l’image de qui s’est produit avec l’iPod et l’iPhone. Pourtant, les grandes enseignes qui distribuent ces produits oublient une étude menée par l’organisme Carbone 4 au début de l’année 2009 pour le compte d’Hachette Livre ,

premier éditeur national. Cette dernière mesurait l’empreinte carbone du groupe, soit l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre émis dans le cycle de vie des livres édités par Hachette en France. Carbone 4 estime donc que le groupe a émis 178 000 tonnes de CO2 pour 163 millions d’exemplaires publiés en 2008. Rapporté à un seul livre, ce chiffre tombe à 1 kg en moyenne. De son côté, l’e-book affiche un bilan de 240 kg de CO2 émis, en prenant en compte la fabrication des pièces jusqu’à son recyclage (méthode mise au point par l’Ademe pour les ordinateurs). Si l’on estime que la durée de vie d’un e-book est de trois ans, alors son poids carbone s’élève à 80 kg par an, soit 80 fois plus important qu’un livre papier. Ronald Blunden, directeur de la communication d’Hachette Livre et animateur de comité de pilotage développement durable du groupe, est à l’origine de cette comparaison. Il déclarait en juin dernier à nos confrères de La Tribune qu’on « n’entendait répéter que, grâce à l’e-book, on allait mettre fin à la destruction des forêts. Certes, plus de 40 % des émissions liées à la fabrication d’un livre viennent du papier. Mais au moins deux tiers du papier utilisé pour nos livres sont issus de forêts labellisées FSC, c’est-à-dire non pas détruites mais exploitées. » Ronald Blunden admet néanmoins que ce ratio devrait changer en faveur de l’e-book dans les prochaines années avec l’arrivée de nouvelles générations : « On parle ici de la première génération d’e-books. Les prochaines amélioreront leur bilan carbone. »

par la Rédaction de France graphique