Titien, Tintoret, Véronèse… Rivalités à Venise (Paris)

Sur l’affiche de l’exposition, Vénus nous observe dans son miroir, elle guette nos réactions.  L’érotisme est omniprésent dans cette toile.  Il ombre les plis de la chair, l’or des cheveux, tisse les étoffes… le Titien  sublime l’art du reflet si important à Venise au XVIe siècle dans la joute entre peinture et sculpture.
L’exposition du Louvre  présente  un beau panorama sur la peinture à Venise dans la seconde moitié du XVIe siècle, quand Tintoret, Véronèse, Bassano, à la suite de Titien, inventaient  une nouvelle peinture plus intimiste et intériorisée.
Au hasard des salles on croise l’autoportrait du Tintoret, si tourmenté, et les beaux portraits mondains qui prennent alors  la forme classique, fixée par Titien, qui perdure jusqu’à nos jours. Ces  images sociales idéalisées, un peu hiératiques, vibrent  d’une vie familiale et anecdotique, qui les rend  légères.


Les  tableaux  religieux, à cette époque ou contre réforme et  Concile de Trente redéfinissent l’expérience individuelle de la foi, plongent dans les ténèbres. Les personnages surgissent de ces nocturnes sacrés dans la lumière dorée des torches et des feux.
Beaucoup d’autres rencontres : Danaé sous la pluie d’or, Suzanne et les vieillards, des grands seigneurs, les portraits de leurs animaux familiers tellement proches. Des dieux, des nymphes, des déesses, tout un panthéon qui célèbre la vie parfois douce, souvent brutale de ce siècle d’or ….

(du 17-09-2009 au 04-01-2010, Hall Napoléon)
http://www.louvre.fr